Archivos Mensuales: abril 2016

Torrijas de batata y miel.-Pan perdu de patate douce et au miel (Recette de Pepekitchen)

Estándar

torrijas-batata

Parmi les recettes traditionnelles de la Vallée du Guadalhorce, Malaga, la recette du pain perdu de patate douce et au miel, une recette facile à déguster en famille. Le secret de cette recette est de cuire les patates douces très peu de temps, al dente. Il est préférable de le faire avec des patates douces blanches.

Ingrédients:
– 1 kilo de patates douces.
– 3-4 oeufs
Huile d’olive.
Miel.

Préparation:

1. Bien laver les patates douces avec une brosse.
2. Cuire entre 10-12 minutes, en fonction de la taille.
3. Egoutter et laisser tiédir. Peler puis couper en rondelles de 3-5 mm.
4. Frire (dorer un peu) puis disposer sur une assiette.
5. Passer ensuite dans ouefs battus puis frire de nouveau un peu.
6. Servir chaud avec un peu de miel de canne à sucre par-dessus.

logo

Las torrijas de vino.-Le pain perdu au vin

Estándar

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ingrédients:
– 1 flûte de pain de la veille assez large.
– ½ litre de vin rouge ou de vin doux blanc.
– 3 oeufs
– Huile de tournesol.
– Optionnel: sucre et cannelle en poudre.

Préparation:
1. Couper le pain en tranches de 2 à 3 centimètres d’épaisseur.
2. Tremper le pain dans le vin. Si vous ne voulez pas que le pain perdu ne soit trop fort rajoutez un peu d’eau ou du sucre dans le vin.
3. Egouttez le pain, trempez dans les œufs battus et frire dans l’huile bouillant.
4. Disposer sur papier absorbant.

logo

 

Las torriajs-Le pain perdu

Estándar

 

torrijas

 Ingrédients:
• 1 flûte de pain de la veille (assez large)
• 1 litre et demi de lait.
• 3 oeufs.
• 1 branche de cannelle, 1 gousse de vanille, la peau d’un demi citron.
• 300 g de sucre blanc et 1 cuiller à soupe de cannelle en poudre.
1/2 l d’huile d’olive extra vierge.

 Préparation:
1. Mettre le lait dans une casserole. Rajouter la peau du demi citron (sans la partie blanche) puis la branche de cannelle.
2. Faire cuire à feu doux pendant 5 minutes puis verser dans un grand saladier ou bol.
3. Couper le pain en tranches de 2-3 centimètres d’épaisseur puis disposer sur une grande assiette. Verser le lait tiède ou froid par-dessus. Laisser 5 minutes.
4. Battez les oeufs.
5. Egouttez un peu les tranches de pain puis retournez-les dans les œufs battus.
6. Frire dans une poêle d’huile d’olive bouillant. Environ 1 minute pour chaque côté. Retirez et disposez sur une assiette avec du papier absorbant.
7. Saupoudrez de sucre et de cannelle en poudre.

logo[1]

Recettes traditionnelles de Pâques (3) “Las torrijas” – “Le pain perdu”

Estándar

torrijas con azucar, hacer torrijas, todo sobre las torrijas, Sabores de Carmen

 

Nous terminons aujourd’hui nos recettes traditionnelles de Pâques avec un plat très facile à préparer et très représentatifs des festivités de Pâques en Espagne : les « torrijas » ou pain perdu en français.

On raconte que le pain perdu fût inventé par les Romains. D’ailleurs, selon le journaliste d’El País: Miguel Ángel Bargueño, le gastronome romain du premier siècle Marcus Gavius Apicius parlait déjà, dans son livre de recettes De re coquinaria, d’un plat appelé “pultes tractogalate” (sorte de beignets de farine et de lait frits) qui ressemble étrangement à notre pain perdu. D’autres, au contraire, pensent que le pain perdu existe depuis plus de 8000 ans et qu’il est né en même temps que l’agriculture et l’invention du pain. Un temps de pénurie et de misère où jeter ne serait-ce qu’un petit bout de pain était impensable voire sacrilège. Aussi, réutilisait-on tous les restes d’aliments pour en faire de nouveaux plats. C’est sans doute comme ça qu’est né le pain perdu.

Ce dont nous sommes sûrs c’est que le terme “Torrijas” n’apparaît dans la langue espagnole qu’à la fin du XVème siècle et qu’elles sont restées pendant longtemps un aliment pour pauvres puisqu’elles permettaient de rassasier une personne en couvrant ses besoins élémentaires avec deux aliments basiques comme le pain et le lait ou le vin. C’est ainsi que, peu à peu, les “torrijas” sont devenues un plat typique de “Pâques” puiqu’elles permettaient de combler la carence de viande durant le Carême par d’autres aliments de grande valeur énergétique. Il faudra, cependant, attendre le lendemain de la « Guerre Civile Espagnole » pour que les « torrijas » s’imposent définitivement comme le plat sucré traditionnel de Pâques.

L’histoire des « torrijas » est bien différente dans d’autres pays. En France, par exemple, les « torrijas » sont appelées “pain perdu” et il se mangeait traditionnellement en janvier. D’ailleurs, l’histoire dit que le nom de « pain perdu » tient son origine du fait qu’on le mangeait le premier lundi après l’épiphanie qui était un jour « perdu » puisque chômé.

Aujourd’hui, les “torrijas” ou “pain perdu” se mangent dans le monde entier et sont élaborées de manières très différentes en fonction des coutumes et de la culture des régions et des peuples.

logo